Ici bas n’est qu’un ensemble de jours bien déterminés, un nombre de soupirs fixés. Ses choses licites sont soumises au jugement, ses choses illicites au châtiment et ses choses douteuses au blâme .

En effet , mêmes les choses licites dans ce bas-monde t’exposent au jugement et à rendre des comptes : pour la manière dont tu les as acquises et dans quoi tu les as dépensées. Le jugement de celui qui ne possède que peu de chose sera court. Celui dont les richesses sont abondantes verra son jugement prolongé. Chacun sera jugé en fonction de ce qu’Allah lui a octroyé. 

L’imam Ahmed , qu’Allah l’agrée , considérait que le renoncement , Az zuhd , avait trois niveaux :

  • Le renoncement  à l’illicite ; qui est le renoncement du commun des musulmans.
  • Le renoncement au surplus du licite ; qui est le renoncement de l’élite.
  • Le renoncement à tout ce qui détourne de Dieu ; qui est le renoncement des ascètes connaisseurs d’Allah.

Ce qui est attendu de la masse des musulmans, c’est tout d’abord le premier niveau : le renoncement à l’illicite. Puis, selon le cheminement spirituel de chacun, il s’élèvera dans les niveaux du renoncement jusqu’à atteindre le niveau des ascètes connaisseurs d’Allah ta’âla . Le véritable ascétisme consiste donc à préférer l’au-delà à la vie présente. C’est ce que déclare clairement le Coran : 

« Quant à celui qui aura dépassé les limites et aura préféré la vie présente, alors, l’Enfer sera son refuge. Et pour celui qui aura redouté de comparaître devant son Seigneur, et préservé son âme de la passion, le Paradis sera alors son refuge » (79 : 37 – 41),

« Et ceux qui recherchent l’au-delà et fournissent les efforts qui y mènent, tout en étant croyant … alors l’effort de ceux-là sera reconnu » (17 : 19)

Il y avait parmi les compagnons des hommes très riches tels qu’Abou Bakr, ‘Othman ibn ‘Affan, ‘Abd ar-Rahman ibn ‘Waf, az-Zoubeïr ibn al-‘Awwam et d’autres, qu’Allah les agrées tous. Pourtant, ils faisaient partie des plus ascètes, car ils ont acquis ces biens d’une voie licite et les ont dépensés dans le sentier du Tout Puissant. ‘Othman ibn ‘Affan ainsi que ‘Abd ar-rahman ibn ‘Awf ont équipé l’armée pour la bataille de Tabouk. ‘Omar a fait don de la moitié de ce qu’il possédait. Abou Bakr vint avec la totalité de ses biens. Le Prophète (saws) lui dit : « Qu’as-tu laissé à ta famille, ô Abou Bakr ? » Il dit : « Je leur ai laissé Allah et Son Messager ! »

Parsemons ici pour récolter là-bas. Le bas-monde est une demeure d’action tandis que l’au-delà est une demeure de rétribution. Aujourd’hui, c’est l’action sans jugement. Demain, sera le jugement sans action.

On demanda à un vertueux ce qui l’avait fait renoncer à ce bas-monde. Il répondit : « le manque de loyauté de sa part, l’abondance de sa cruauté et la bassesse de ses associés . Ceux qui convoitent ce bas-monde sont ses associés, ils peuvent te piétiner sans remords pour leur intérêt. »

Le Prophète (saws) dit : « Les biens de ce monde appartiennent à l’un de ces quatre individus : 

Quelqu’un à qui Allah a octroyé une fortune et une science. Il craint ainsi Allah  dans la façon de la dépenser. Il en donne à ses proches et il sait que son Seigneur a une part dans cette fortune. Cet homme occupe la position la plus enviable.

Quelqu’un à qui Allah a octroyé une science sans lui donner de fortune. Or, son intention est sincère quand il dit : « Si j’avais de l’argent, je le dépenserais à la manière d’untel (celui dont on vient de parler) ». Il est alors jugé selon son intention, lui et le précédent sont égaux dans le salaire.

Quelqu’un à qui Allah a octroyé une fortune sans lui donner de science. Le voilà dépensant son argent à tort et à travers, sans craindre son Seigneur dans ses dépenses et sans rien donner à ses parents. Il ne reconnaît non plus à Allah aucun droit dans sa fortune (c’est-à-dire pour les pauvres). Celui-là occupe la position la plus mauvaise.

Quelqu’un à qui Allah n’a donné ni fortune ni science. Il ne fait que dire : « Si j’avais la richesse d’untel (le précédent), je la dépenserais à sa manière ». Il est alors jugé sur son intention et sa rétribution est la même que celui du précédent. » (rapporté par at-Tirmidhi).

Ali ibn Abi Talib (rad) dit : « Ô bas monde ! Je prononce à ton encontre un triple divorce sans révocation : Ta durée de vie est courte ; ta vie est méprisable ; tes provisions sont peu. Ah que les provisions sont peu ; que le voyage est long ; et que le chemin est angoissant ! »

Hassan Al Basri a dit : « Par Celui qui détient mon âme dans Sa main ! J’ai connu des gens qui n’ont jamais demandé qu’on leur prépare à manger, si on leur apportait quelque chose, ils mangeaient, sinon ils se taisaient, sans prêter attention si cela était chaud ou froid. » [Al Hilyah, 6/270]

Mouhammad bnou Mâlik bnou Dayghem a dit : Mawlânâ Abû Ayyûb a dit : Abû Mâlik me dit un jour: Prend garde à ta propre âme, car les soucis des croyants dans ce bas-monde n’ont jamais de fin. Et je jure par Allah que si le Jour Dernier n’est pas une cause de bonheur pour le croyant, deux malheurs se seront alors abattus sur lui : les soucis de ce bas-monde et l’affliction de l’au-delà .

Je m’écriais alors : Je donnerais mon père [en rançon] pour toi Ô Abû Mâlik ! Comment le Jour Dernier ne serait-il pas une cause de bonheur pour le croyant alors qu’il peine et se fatigue pour Allah dans ce bas-monde ? 

Abû Mâlik répondit : Ô Abû Ayyûb, comment être sûr de l’acceptation de nos actes par Allah ? Comment être sûr d’être sauf ?

Il dit ensuite : Il se peut qu’un homme pense avoir amélioré son état, bien accompli ses sacrifices, purifié son intention, parfait ses actes… pourtant tout ceci risque d’être rassemblé le Jour de la Résurrection pour lui être jeté au visage !

 Ibnou l-Djawzî Sifatou s-Safwah

Selon AbdAllah ibn ‘Abbas qui dit : Je n’ai pas tiré autant profit des paroles de quelqu’un apres le Messager d’Allah – sallallahu alayhi wa sallam – comme j’ai profité d’une lettre que Ali ibn Abi Taalib raa m’a écrite :

« Ensuite l’homme a du chagrin parce qu’il n’a pas obtenu une chose qui ne pouvait lui arriver, et il se réjouit d’avoir une chose qui ne pouvait lui échapper. Que ta joie soit pour ce que tu as gagné dans ton au-delà et que ta tristesse soit pour ce que tu n’as pu en obtenir. N’exhulte pas pour ce que tu as gagné de ce monde et ne t’afflige pas pour ce que tu n’as pu obtenir. Que ton souci se porte sur ce qui vient après la mort. »  Sifatu Safwa ibn al-Jawzi (1/143)

Ruwayn a interrogé al-Djunayd sur l’ascétisme . Il répondit : « C’est mépriser ce bas-monde et effacer ses traces dans son cœur. » Kitâb Madâradj as-Sâlikîn de l’Imâm Ibn al-Qayyîm,

Sufyân al-Thawrî a dit : « L’ascétisme dans ce bas-monde c’est la diminution des aspirations, et non pas manger des nourritures peu agréables ou mettre des habits primitifs. » Kitâb Madâradj as-Sâlikîn bayna Manâzil Iyâka na’budu wa Iyâka nassta’în de l’Imâm Ibn al-Qayyîm

Yahya binu Mu’adh Ar Râzi dit : « Comment mes actes peuvent-ils me sauver, alors que je me trouve entre un bon acte et un péché ? Mes péchés ne contiennent pas un bon acte, alors que mes bons actes sont mélangés à des péchés, et toi Allah, Tu n’acceptes qu’uniquement la sincérité contenue dans les actes et, après cela, il ne reste que Ta générosité. » Al Bayhaqi dans Les branches de la Foi

Umar b. ‘Abd Al-Azîz a dit : « Quand Allah retire un bienfait qu’Il a accordé à Son serviteur puis le lui remplace par la patience, soyez sûr que ce qu’Il lui a accordé en compensation est meilleur que ce qu’ Il lui a retiré » kitab Uddatu S-Sâbirîn d’Ibn Qayyim

Ousayr Ibn ‘amr a dit : « ‘Omar Ibn Al-Khattâb raa, quand lui venaient les renforts du Yémen, leur demandait : « Y a-t-il parmi vous Ouways Ibn ‘âmir ? ». Jusqu’à ce qu’il trouvât Ouways , qu’Allah l’agrée. Il lui dit : « C’est bien toi Ouways Ibn ‘âmir? »
Il dit : « Oui ».
Il dit : « De la tribu de Mouràd et du clan de Qaran? ».
Il dit : « Oui ».
Il dit : « Tu as une mère? »
Il dit : « Oui ».
Il dit : « J’ai entendu dire le Messager d’Allah saw :  « Il vous viendra avec les renforts du Yémen Ouways Ibn ‘âmir, de la tribu de Mouràd et du clan de Qaran. Il était lépreux puis guérit n’en gardant qu’une marque de la grosseur du dirham. Il a une mère qu’il traite avec piété filiale, s’il faisait à Allah un serment pour qu’Allah lui fasse quelque chose, Allah ne démentirait pas son serment. Si tu peux lui demander de prier pour ton absolution, fais-le ».  Aussi je te demande de prier pour mon absolution ». Et c’est ce qu’il fit.

‘Omar lui dit : « Où veux-tu aller? »
Il dit : « A Al Koufa ».
Il dit : « Veux-tu que je t’écrive une recommandation auprès de son gouverneur? »
Il dit : « J’aime mieux être parmi les humbles ».

L’année d’après, l’un de leurs nobles alla en pèlerinage à La Mecque. Il rencontra par hasard ‘Omar qui lui demanda des nouvelles de Ouways. Il lui dit : « Je l’ai quitté habitant une maison pauvre et ne possédant pas gand-chose ».
‘Omar lui dit : « J’ai entendu dire le Messager d’Allah saw :  « Il vous viendra avec les renforts du Yémen Ouways Ibn ‘âmir, de la tribu de Mouràd et du clan de Qaran. Il était lépreux mais en guérit et n’en garda qu’une tache de la grosseur du dirham. Il a une mère qu’il traite avec piété filiale. S’il faisait à Allah serment pour qu’Allah lui fasse quelque chose. Allah ne démentirait pas son serment. Si tu peux lui demander de prier pour ton absolution, fais-le ».
Le noble yéménite alla trouver, à son retour, Ouways et lui dit : « Prie pour mon absolution! »
Ouways lui dit : « C’est à toi plutôt de prier pour la mienne car tu retournes plus récemment que moi d’un saint voyage ».
Puis ajouta : « Tu as donc rencontré ‘Omar? »
Il lui dit : « Oui »  et il pria pour son absolution.

Les gens comprirent alors son importance mais il se retira loin d’eux ».
Rapporté par Mouslim.

B5Rz_z-CYAAcgvo

Innâ lillâhi wa innâ ilayhi râji’ûn . Nous appartenons à Allah et à Lui nous retournerons.

Yâ Allah, Subhanahou wa ta’âla , Fais miséricorde à la nation de Mohammad sallallahou ‘alayhi wa salam  , et qu’elle soit une miséricorde entière.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s