Les savants ont émis une mise en garde importante ! :

Il ne faut pas dire d’un hadith faible « Le Prophète saw a dit…. » dans une phrase affirmative qui présenterait cela comme un fait certain.

Ibn as-Salâh a dit au 22ème point de son ouvrage ‘Ouloûm al-hadith (les sciences du hadîth) :

« Si vous voulez citer un hadith faible sans chaîne de transmission, ne dites pas « Le Prophète saw a dit ceci… » , avec une tournure de phrase affirmant qu’il a bien prononcé ces propos, mais dîtes plutôt « On a rapporté d’après le Prophète saw… » ou bien « Il nous est parvenu d’après le Prophète saw … » ou encore « certains rapportent que … » etc. C’est ce qu’il convient de faire lorsqu’on n’est pas sûr de l’authenticité ou de la faiblesse d’un récit. On ne doit dire « le Prophète saw a dit … » qu’à propos des ahadiths dont l’authenticité a été établie de la manière qui a été indiquée par les grands savants du hadith. »

Cet avis d’Ibn as-Salâh est aussi celui d’an Nawawî, Ibn Kathîr, al-‘Irâqî, Ibn Hajr, et tous ceux qui ont écrit sur la science de la critique du hadith.

Mais les orateurs, les prédicateurs et les auteurs qui citent les ahadiths faibles ne tiennent pas compte de cette mise en garde, et introduisent la plupart du temps leurs ahadiths par « le Prophète saw a dit… »

 

3018315749_1_3_AW6ptI4P

 

La fatwa d’Ibn Hajr al-Haythamî .

Le célèbre juriste chafiite avait tout à fait raison lorsqu’il a demandé franchement aux dirigeants de son époque d’interdire de prendre la parole à tout orateur qui ne donnait pas la source de ses ahadiths et mêlait les ahadiths authentiques aux faux.

Dans son Al fatâwâ al hadîthiyya (avis juridiques en matière de hadîth) , on peut lire qu’on le questionna sur le cas d’un orateur qui prend la parole tous les vendredis et rapporte de nombreux ahadîths sans en mentionner la source, ni les transmetteurs . Voici quelle fut sa réponse:

« Quant à citer des ahadîths dans ses sermons sans en indiquer les transmetteurs ni la source, cela est permis à condition que cet orateur soit versé dans les sciences du hadîth, ou qu’il tire ses ahadîths d’un ouvrage dont l’auteur est spécialiste du hadîth. Maisil n’est pas permis de citer des ahadîths simplement parce qu’on les a lus dans un livre dont l’auteur n’est pas spécialiste du hadîth, ou parce qu’on les a entendus dans les sermons d’un orateur qui ne l’est pas non plus. Celui qui agit ainsi doit être sévèrement puni . C’est le cas de la plupart des prédicateurs : il leur suffit de voir des ahadîths dans un sermon pour les apprendre et les citer dans leurs sermons, sans savoir si ces ahadîths ont une source connue ou non. Les dirigeants de chaque contrée doivent empêcher les prédicateurs d’agir ainsi , et sanctionner ceux qui le font. »

Il ajouta ensuite :

« L’orateur qui agit ainsi devra fournir la source des récits qu’il a cité. Si c’est une source fiable alors il ne devra pas être inquiété , mais si non alors il fera l’objet de sanctions et les autorités pourront le destituer de sa fonction de prédicateur pour le punir d’avoir osé attribuer des récits à la sunna de façon injustifiée. » 

Puissions nous corriger notre langue en appliquant ces mises en garde de nos grands savants afin de nous préserver du péché grave d’attribuer à notre prophète saw des mots qu’il n’a peut être jamais prononcé.

 

3131451994_1_2_b5ETTLtV

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s