On interrogea un jour le Cheikh Al Alawi de la sorte :
– « Cheikh, pourquoi lorsque ce marchand emmène sa chèvre au marché, il est obligé de tirer avec effort pour qu’elle le suive, alors que cet autre marchand est suivi sans peine par un troupeau docile d’une cinquantaine de chèvres ? »


Le Cheikh Al Alawi sourit et dit :
– « C’est simple, le second marchand a apprivoisé une petite chèvre qui a appris à le suivre docilement ; celle-ci est juste derrière lui et mène le troupeau derrière elle. Ainsi, le troupeau suit sans effort le maître du troupeau. Le premier marchand, lui, tente de contraindre la chèvre à le suivre, ce qui lui demande beaucoup d’efforts. »


A un élève qui demandait quel était le sens de cette anecdote, un homme sage répondit :
– » Notre cœur est une petite chèvre qu’il faut apprivoiser. Le premier marchand tente de contraindre, ce qui est source de beaucoup d’ennuis. Le second marchand a apprivoisé son cœur ; il est donc naturellement pris pour exemple. Souvent, les gens qui veulent la paix critiquent les autres de vouloir la guerre. Mais ils devraient commencer par apprivoiser leur petite chèvre. Ainsi, leurs critiques cesseraient et la paix se ferait d’elle-même autour d’eux. »

Sidi Ahmed Al-Alawi.

 

fullsizeoutput_b26.jpeg

2 réflexions sur “Sagesse de berger

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s