On rapporte qu’un homme parmi les khawarijs est venu voir ‘Ali (رضي الله عنه) et lui a dit : « Ô ‘Ali, comment se fait-il qu’avec toi, les gens font ceci et cela (comme péchés) alors qu’ils ne le faisaient pas avec Abu Bakr et ‘Umar ?»

Il lui dit : «car les gens à l’époque d’Abu Bakr et de ‘Umar étaient comme moi et les gens à mon époque sont comme toi ».

Et cela est vrai, on rapporte que ‘Abdullah ibn Marwan entendit des gens parler sur lui et sa façon de gouverner.
Il rassmbla alors les gens les plus honorables et les nobles du royaume et leur dit : « Vous voulez que je sois comme Abu bakr et ‘Umar, alors soyez, vous, comme les gens à l’époque d’Abu Bakr et ‘Umar afin que nous soyons comme Abu Bakr et ‘Umar».

💎💎💎

Omar Al Mukhtar, Le lion du désert, chef de la révolution Lybienne (رحمه الله) pleura lorsque son épouse mourut. Ils lui demandèrent : ❝Pourquoi pleure-tu ?❞

Il dit : ❝À chaque fois que je voulais rentré dans notre tente, elle levait le drap à l’entrée de la tente,

puis je lui ai demandé : « Pourquoi fais-tu cela ? ».

Elle répondit : « Je ne veut que tu t’incline devant personne si ce n’est devant Allah ».❞

💎💎💎

L’imam Al Awza’i (رحمه الله) dit un jour à un homme : ❝Je souhaite une maison à côté de ceux qui ne calomnient pas, qui ne détestent pas et n’envient pas les autres.❞

L’homme le prit alors par la main et l’emmèna au cimetière et lui dit : ❝Ceci est l’endroit !❞

💎💎💎

« Marche un mille, pour visiter un malade. Deux, pour réconcilier deux personnes. Trois, quand il s’agit d’honorer Dieu. »

💎💎💎

QUAND LES MONTAGNES SE RENCONTRENT :

L’Imâm Fakhr Ud Dîn ar-Râzî rapporte dans son ouvrage Manâqib ash-Shâfi’î, que l’Imâm Ash-Shâfi’î a dit concernant sa rencontre avec l’Imâm Mâlik :

دخلت إلى والي مكة ، وأخذت كتابه إلى والي المدينة ، وإلى مالك بن أنس.فقدمت المدينة، فأبلغت الكتاب الى الوالي فلما قرأه قال: يا فتى إن مشيي من جوف مكة الى جوف المدينة حافيا راجلا أهون علي من المشي الى باب مالك بن أنس. فلست أرى الذل حتى أقف على بابه. فقلت: أصلح الله الأمير. إن رأى الأمير يوجه اليه ليحضر. فقال: هيهات ليت أني لو ركبت أنا ومن معي، وأصابنا من تراب العقيق نلنا بعض حاجتنا

Je fus introduis chez le gouverneur de La Mecque et j’emportai sa lettre à l’attention du gouverneur de Médine et de Mâlik Ibn Anas. J’arrivai à Médine et fis parvenir la lettre au gouverneur.
Il la lut et s’exclama :  » Jeune homme sache que si je marchais pieds nus du centre de Médine jusqu’à la Mecque, cela serait pour moi plus facile que de me déplacer jusqu’à la maison de Mâlik Ibn Anas et d’y connaitre l’humiliation en arrivant à sa porte.
Je dis :  » Si l’émir juge bon, il peut le faire comparaitre devant lui.  »
Il répondit : A Dieu ne plaise ! Nous serions contents, moi et ceux qui m’accompagnent, si, après avoir enfourché nos montures et subit la poussière d’al-‘Aqîq, nous pouvions réaliser certains de nos objectifs.  »

فواعدته العصر، وركبنا جميعا فوالله لكان كما قال. لقد أصابنا من تراب العقيق، فتقدم رجل منا فقرع الباب فخرجت إلينا جارية سوداء فقال لها الأمير: قولي لمولاك إني بالباب، فدخلت فأبطأت. ثم خرجت فقالت: إن مولاي يقرئك السلام ويقول إن كانت لديك مسألة فارفعها في رقعة يخرج اليك الجواب. وإن كان للحديث فقد عرفت يوم المجلس فانصرف. فقال لها: قولي له إن معي كتاب والي مكة اليه في حاجة مهمة

Nous convînmes de nous rencontrer en milieu d’après-midi et enfourchèrent nos montures. Et par Allâh, il se passa ce que nous avions prévu : Nous subîmes la poussière d’al-‘Aqîq.
Arrivés chez Mâlik, un homme s’avança et frappa à la porte. Une servante noire sortit et le gouverneur lui dit :  » Annonce à ton maître que je suis à sa porte.  »
Elle rentra et après avoir tardé, ressortit et dit :  » Mon maître te transmet ses salutations, et te dit : si tu as un cas à lui soumettre, présente le-lui par écrit, il te fera parvenir la réponse. Et si c’est pour un hadîth, tu connais le jour de la séance, alors retourne-t-en.  »
Alors il lui dit :  » Dis lui que j’ai avec moi une lettre du gouverneur de La Mecque sur une question importante.  »

فدخلت وخرجت وفي يدها كرسي، فوضعته ثم إذا بمالك قد خرج، عليه المهابة والوقار وهو شيخ طويل مسنون اللحية، فجلس وهو متطلس (يلبس الطليسان) فرفع إليه الوالي الكتاب. فبلغ الى هذا «إن هذا رجل يهمني أمره وحاله فتحدثه وتفعل وتصنع» فرمى الكتاب من يده ثم قال: سبحان الله، أو صار علم رسول الله(صلى الله عليه) يؤخذ بالرسائل؟! فرأيت الوالي قد تهيب أن يكلمه. فتقدمت وقلت: أصلحك الله، إني رجل مطلبي (من بني المطلب) وحدثته عن حالي وقصتي

Sur ce, elle rentra puis ressortit tenant à la main une chaise qu’elle posa là. Et voilà que je me trouvais face à Mâlik, qui était sorti, majestueux et grave. C’était un vieillard de haute taille à la barbe en pointe. Il s’assit la tête enturbannée.
Le gouverneur lui tendit la lettre et il lut :  » Il s’agit d’un homme dont la situation est telle, instruit le en matière de ahadîth, fais ceci et cela … ».
Mâlik lâcha alors la lettre et dit :  » Dieu soit loué, la science du Prophète [salla llâhu ‘alayhi wassalam] serait-elle devenue accessible seulement par recommandation ?  »
Et comme je voyais le gouverneur qui craignait de lui parler, je m’avançais et lui dit :  » Que Dieu te préserve, je suis un homme de la tribu des Muttalib et ma situation est telle et telle … « .

فلما سمع كلامي نظر إلي، وكان لمالك فراسة فقال: ما اسمك: قلت محمد. فقال: يا محمد اتق الله واجتنب المعاصى، فإنه سيكون لك شأن من شأن. إن الله تعالى قد ألقى على قلبك نورا فلا تطفئه بالمعصية. ثم قال له : إذا ما جاء الغد تجيء ويجيء ما يقرأ لك». فغدوت عليه ومعي (الموطأ) وابتدأت أن أقرأ ظاهرا (من الحافظة) والكتاب في يدي. فكلما تهيبت مالكا وأردت أن أقطع، أعجبه حسن قراءتي وإعرابي فيقل: «يا فتى زد»، حتى قرأته عليه في أيام يسيرة

Il me regarda alors un instant avec le sens de la physiognomonie qui était le sien et dit :  » Quel est ton nom ?  » Je répondis :  » Mohammed « .
Il me dit alors :  » Ô Mohammed, craint Dieu et fuit les péchés. Car tu auras un destin glorieux. Dieu le Très-Haut a illuminé ton coeur, n’éteins donc pas cette lumière en désobéissant.  »
Puis il me dit :  » Reviens demain pour entendre ce qui te sera dit.  »
Je vins le voir le lendemain et commençai à réciter par coeur [al-Muwattâ], le livre à la main.
Je craignais Mâlik et songeais à m’arrêter régulièrement mais la qualité de ma récitation et de ma vocalisation lui plut et il dit :  » Continue jeune homme.  » jusqu’à ce que je le lui aie récité en quelques jours.

💎💎💎

On interrogea `Alî Ibn Abî Tâlib [كرّم الله وجهه] en ces termes :

كيف كان حبكم لرسول الله صلى الله عليه وسلم ؟
 » Comment était votre amour pour l’Envoyé de Dieu [صلى الله عليه وسلم] ?  »

Il répondit ceci :

كان والله أحب إلينا من أموالنا واولادنا وآبائنا وأمهاتنا ومن الماء البارد على الظمأ
 » Par Allâh ! Il nous était plus cher que nos biens, nos enfants, nos pères, nos mères et l’eau fraîche au moment de la soif.  »

💎💎💎

 » Ne reste que parmi les amoureux, des autres éloigne toi. Bien que ta flamme embrase le monde, le feu meurt par la compagnie des cendres.  »

[ Jalâl ad-dîn Rûmî (رحمه الله) ]

💚💚💚

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s